Man’s Madness – Trio – 55 minutes – 2020

Continuité du solo No-Mad(e), elle a pour propos la folie de l’homme au sens de son obsession pour créer mais aussi détruire. Une réflexion sur le sens de la vie mais aussi sur l’écologie.

Construire ou détruire sont deux processus définis par le temps ; Marino utilisera cette caractéristique en travaillant la notion de durée, du soudain et de la perspective.

Il poussera la réflexion sur la conscience, l’inconscience des actes et de leurs conséquences. Cela transparaîtra dans les intentions chorégraphiques passant du prévisible à l’inattendu. Parce qu’il faut parfois détruire pour re-construire, Marino Vanna interrogera les dialectiques de l’absent/présent, du passé/futur et de l’imagination/réel.

Les rapports humains sont également abordés dans ce questionnement quant aux conséquences des actes de chacun sur le collectif et réciproquement : dans quelle mesure les acteurs sont témoins, passifs, actifs, engagés, unis ou opposés ?

La folie de l’homme sera aussi considérée sous l’angle des émotions et de l’état intérieur, de la consommation nécessaire, éphémère à la vanité. Les conditions de vie dans la société actuelle seront réfléchies, de l’abnégation de soi pour ses enfants, sa carrière, sa passion, au « train-train » quotidien ; le phénomène de dissonance cognitive sera particulièrement étudié, source d’inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *